Sante365.org

365 jours de santé

Mononucléose : la ”maladie du baiser”

January 29, 2014 by Posted in: Maladies

La mononucléose infectieuse est une maladie relativement fréquente souvent affaiblissante. L’altération de l’état général peut durer plusieurs mois selon l’âge du malade.

Qu’est-ce que c’est ?

La mononucléose infectieuse ou MNI est une infection due au virus d’Epstein-Barr, de la famille des Herpesviridae. Elle se transmet surtout par la salive (d’où son autre appellation de ”maladie du baiser”), mais aussi par la toux, les éternuements et exceptionnellement par le sang.

La mononucléose ne s’attrape qu’une fois : car, au contact du virus, l’organisme fabrique des anti-corps qui protègent ensuite contre cette maladie. Attention : ces anti-corps ne protégent pas contre les autres maladies que l’on peut attraper par la salive (hépatite B…).

La mononucléose peut atteindre des sujets de tout âge. Mais elle survient le plus souvent chez l’adolescent (sous forme de cas isolés ou de petites épidémies) ou l’adulte jeune. En revanche, elle passe généralement inaperçue pendant l’enfance. Ainsi, plus de 80 % de la population possède des anti-corps dirigés contre ce virus sans le savoir.

Quels symptômes ?

La durée d’incubation varie selon l’âge du malade : de 7 à 14 jours chez les personnes jeunes, parfois entre 30 et 50 jours chez les plus âgées.
Les symptômes les plus courants sont : fièvre, mal de gorge, gonflement des ganglions (notamment dans la région cervicale), fatigue extrême.

Le virus peut aussi entraîner des nausées, perte d’appétit, maux de tête, courbatures. Parfois encore, certaines personnes souffrent d’une hypersensibilité à la lumière, de troubles du rythme cardiaque…

Ce large éventail de symptômes ne rend pas le diagnostic facile. Celui-ci est établi grâce à un test sanguin (appelé MNI) qui recherche la présence d’anti-corps dirigés contre le virus.

Dans la majorité des cas, la mononucléose infectieuse est une infection bénigne. Cependant, à l’adolescence, les manifestations sont plus lourdes et plus longues : forte température, ganglions tuméfiés, gorge rouge et douloureuse, fatigue importante qui peut persister pendant des semaines.
Quelques rares complications peuvent survenir chez certaines personnes : le volume de la rate ou celui des ganglions lymphatiques augmentent beaucoup.

Quel traitement ?

Une consultation chez le médecin est indispensable.
Il n’existe pas de traitement antiviral spécifique de la mononucléose infectieuse. Le médecin s’attache essentiellement à soulager la fièvre et les douleurs, mais le repos au lit reste le principal remède.
Il faut boire très régulièrement (eau, jus de fruits…) pour lutter contre la déshydratation due à la fièvre et aussi soulager la gorge. Les gargarismes (1 cuillérée de sel dans une verre d’eau tiède) plusieurs fois par jour peuvent aussi vous aider.

Le plus souvent, la fièvre et l’augmentation du volume des ganglions disparaissent en 10 jours. Mais 2 ou 3 mois peuvent s’écouler avant que l’état général ne redevienne complètement normal.
En cas de complications, consultez sans tarder votre médecin. Une surinfection de l’angine nécessitera un traitement antibiotique spécifique. Une douleur brutale en haut à gauche de l’abdomen peut évoquer une éventuelle rupture de la rate, qui nécessite un traitement en urgence.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

7 − 2 =

%d bloggers like this: