Sante365.org

365 jours de santé

HTA (Hypertension artérielle) – Risques pour le cœur

January 30, 2014 by Posted in: Hypertension Artérielle

Pourquoi c’est un bourreau du coeur?

Les risques pour le cœur

L’HTA entraîne des modifications morphologiques et fonctionnelles du ventricule gauche, de l’oreillette gauche et des coronaires.
Le ventricule gauche a des parois plus épaisses et moins facilement distensibles que chez le normotendu; au bout d’un certain temps, il perd aussi de sa force contractile: c’est l’insuffisance cardiaque, dont l’expression la plus spectaculaire est l’oedème aigu du poumon.

En outre les parois du ventricule gauche sont le siège d’une prolifération de fibrose (tissu inerte) qui favorise l’apparition de troubles du rythme ventriculaire (extrasystoles ventriculaires ou même épisodes de tachycardie ventriculaire).

L’oreillette gauche est souvent dilatée, ce qui s’accompagne là aussi de troubles du rythme (extrasystoles supraventriculaires, voire arythmie complète par fibrillation auriculaire); la dilatation de l’oreillette gauche peut être également à l’origine de la formation de caillots, susceptibles de migrer vers le cerveau (embolie cérébrale) ou les membres inférieurs.
Enfin les troncs coronaires (vaisseaux nourriciers du coeur) sont volontiers le siège de rétrécissements athéromateux; les petites artères coronaires sont également altérées (paroi plus épaisse et moins souple), l’ensemble provoquant un manque relatif d’oxygène (on parle d’ischémie myocardique).

l’HTA touche toutes les artères

L’HTA entraîne des lésions morphologiques et fonctionnelles au niveau des artères coronaires (vaisseaux nourriciers du coeur): leur paroi est plus épaisse et moins souple que chez les sujets normotendus; en outre on peut y observer des dépots athéromateux qui progressivement vont entraîner des rétrécissements (qu’on appelle des sténoses).
Mais ces lésions artérielles ne s’observent pas qu’au niveau des coronaires; elles apparaissent également:
– sur les artères cérébrales, avec comme conséquences, des accidents vasculaires cérébraux (plus souvent à type d’infarctus que d’hémorragies),
– sur les artères et artérioles rénales, avec un risque d’insuffisance rénale,
– sur l’aorte abdominale, sous forme d’anévrisme,
– sur les artères des membres inférieurs, provoquant des crampes à la marche.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

sixteen + fifteen =