Sante365.org

365 jours de santé

les bienfaits du chocolat : tonique et énergétique

Propriétés

Le chocolat est très calorique, 540 calories pour 100 grammes pour le chocolat au lait et 515 kcal/100g pour le chocolat noir!
Il est constitué essentiellement de glucides (60 grammes pour 100 grammes) et de lipides (30 grammes pour 100 grammes).
Le taux de protéines est variable : il passe de 4,5 % dans le chocolat noir à 7,5 % dans le chocolat au lait.
Le chocolat est particulièrement pauvre en vitamines.
L’apport minéral du chocolat est intéressant pour le magnésium, le phosphore et le fer. Nettement moins riche en magnésium, le chocolat au lait, apporte une quantité non négligeable de calcium.

Santé

Les deux tiers des acides gras des lipides du chocolat sont des acides gras saturés dont l’acide stéarique . Ce dernier est sans effet sur le cholestérol sanguin. Le chocolat contient également des tanins de la famille des flavonoïdes. Ce sont de puissants antioxydants (bon pour la prévention des maladies cardiovasculaires).
Il existe de plus dans le cacao des ” procyanidines ” qui diminuent l’agrégation plaquettaire.
Le cacao contient au moins 800 molécules différentes. Parmi elles il y a la caféine, qui augmente la résistance à la fatigue et la vigilance et qui favorise l’activité intellectuelle ; la théobromine stimule le système nerveux central ; la phényléthylamine et la tyramine sont psycho-stimulantes.
La consommation de chocolat induit en plus une sécrétion de peptides opiacés cérébraux (endorphines) et de sérotonine (neuromédiateur impliqué dans la dépression).
Enfin, il n’existe aucune preuve scientifique d’une relation entre l’acné et la consommation de chocolat.

Du marché à la maison

Les chocolats noirs diffèrent par leurs teneurs en cacao : 30% pour un chocolat de mélange, 45% pour un bon chocolat fondant jusqu’à 70% pour un “grand chocolat”
Le chocolat au lait contient 16 % de lait, au moins 25 % de cacao et au plus 50% de sucre.
Le chocolat blanc, comme son nom ne l’indique pas, ne contient pas de chocolat. Il est fabriqué à partir de beurre de cacao dans lequel on incorpore de la poudre de lait, du sucre et du parfum de vanille.
Les chocolats dénommés “light” sont dépourvus de “sucre” : une partie de leur saccharose (” sucre “) est remplacée par des ” polyols “, moins énergétiques, et des graisses. Ils sont donc généralement plus riches en lipides qu’un chocolat classique et ne contiennent en moyenne que 15 % de calories en moins !
Le principal additif du chocolat est la lécithine de soja.
Une directive européenne autorise depuis peu à incorporer jusqu’à 5 % de matières grasses végétales dans le chocolat.

Conservation

Ne placez pas le chocolat au réfrigérateur. Conservez-le à température ambiante pour préserver au mieux ses qualités gustatives.
L’avis du nutritionniste

Si vous surveillez votre ligne, une seule consigne : la modération !
Toutes les substances contenues dans le chocolat lui donnent peut être ce pouvoir dopant qu’on lui prête. N’oublions pas qu’il est surtout consommé pour le plaisir qu’il procure.

Oeil et vitamines anti-oxydantes

La cataracte et la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) sont deux maladies des yeux dont la fréquence augmente en raison du vieillissement de la population. La première correspond à une opacification du cristallin, elle relève de la chirurgie (plusieurs centaines de milliers d’opérations chaque année en France). La seconde est particulièrement inquiétante car elle est à l’origine de la moitié des cas de cécité après 45 ans.

Des scientifiques estiment que ces deux affections trouvent leur origine dans des phénomènes oxydatifs qui entraînent la formation de molécules toxiques pour les cellules : les radicaux libres.
Les vitamines E, les caroténoïdes (précurseurs de la vitamine A) sont d’excellents anti-oxydants.

Trois études ont clairement montré que le risque de DMLA diminuait d’au moins 50% chez les personnes qui ont un taux élevé de vitamine E. Des études récentes montrent que la vitamine E pourrait également prévenir la cataracte. Par ailleurs, des travaux font ressortir une réduction du risque de cataracte chez les personnes dont les apports alimentaires en lutéine et la zéaxanthine (deux caroténoïdes) sont importants.

Prévenir les fractures dues à l’ostéoporose

L’ostéoporose survient après la ménopause chez les femmes qui ne suivent pas de traitement hormonal substitutif. Elle fragilise le système osseux et se trouve ainsi responsable de fractures qui, de par leur nombre, représentent un véritable problème de santé publique : on lui impute en effet 55 000 fractures du col du fémur. 15 à 25% des victimes décèdent dans l’année et la moitié de celles qui survivent présente un handicap fonctionnel grave et définitif. C’est dire l’importance d’une prévention. C’est là que la vitamine D entre en scène.
Une étude a été réalisée chez 3270 femmes âgées vivant en institution. Pendant 18 mois, on leur a administré qui du calcium et de la vitamine D, qui un placebo. Le nombre de fractures du col du fémur a diminué de 43% chez les femmes “traitées”. C’est la raison pour laquelle nombre de médecins recommandent une supplémentation en calcium et en vitamine D au-delà de 65 ans.

Combattre l’acné – Les dérivés de la vitamine A (rétinoïdes) font aujourd’hui partie du traitement classique de cette affection

L’acné atteint huit adolescents sur dix. Elle entraîne des “boutons” sur le visage, le haut du dos, du thorax. Les dérivés de la vitamine A (rétinoïdes) font aujourd’hui partie du traitement classique de cette affection. Ils en viennent à bout en six mois environ. On les administre par surtout par voie générale, ils nécessitent également une contraception du fait du risque de malformations de l’enfant, celle-ci doit être poursuivie un mois après l’arrêt du traitement. Ces rétinoïdes existent également en gel.

Traiter le psoriasis : médicaments récents, dérivés des vitamines A et D

Le psoriasis est une maladie de peau qui, selon les dernières études, touche environ 5% de la population en France. Il se traduit par l’apparition sur la peau de plaques rouges plus ou moins nombreuses, recouvertes d’une pellicule blanchâtre. Celles-ci sont dues au renouvellement trop rapide de certaines cellules de la peau : les kératinocytes. Cette maladie n’est absolument pas contagieuse mais son retentissement psychologique est souvent important. Des médicaments récents, dérivés des vitamines A et D, font aujourd’hui partie de son traitement. Mais il faut savoir que la maladie n’est pas due à un manque de vitamines.

Vitamine A tout d’abord avec l’acitrétine. On l’utilise par voie générale. Très efficace, elle ralentit le renouvellement des kératinocytes. Mais attention : l’acitrétine nécessite des contrôles sanguins réguliers car elle peut perturber le fonctionnement du foie et augmenter le taux de graisses dans le sang.
Et surtout, elle impose une contraception absolue qui doit être poursuivie un an après l’arrêt du traitement : elle entraîne en effet des malformations foetales. Il existe également depuis peu un autre dérivé de la vitamine A (tazarotène), utilisé par voie locale. Vitamine D avec le calcipotriol, le tacalcitol. Ils se présentent sous la forme de crème, pommade ou lotion. Ils agissent également au niveau des kératinocytes.

Lutter contre la fatigue : La vitamine B12

Nous sommes nombreux à nous plaindre d’être las, fatigués. Les médecins connaissent bien le problème, nombre de patients les consultent pour ce motif. Bien sûr, la fatigue peut avoir de nombreuses causes mais parfois, il faut en rechercher l’origine dans un manque de vitamines. Il peut s’agir de la B12. Dans bien des cas, en prendre arrange les choses. D’ailleurs, cette vitamine est prescrite contre le “syndrome de fatigue chronique”.
Plus connue, la vitamine C est un grand classique de la fatigue. Elle est très efficace mais en raison de son effet excitant, mieux vaut la prendre le matin. Si on la consomme l’après-midi ou le soir, on risque fort d’éprouver des difficultés à trouver le sommeil.

Les avantages des implants dentaires

Peut-être avez-vous déjà connu le fait d’être gêné au moment de sourire à cause d’une dent perdue…L’estime de soi passe aussi par le regard des autres, et c’est à une révolution à laquelle le monde dentaire est confronté avec l’avènement de l’implant dentaire. Ils sont la majorité du temps la solution la plus adéquate afin de remplacer une dent manquante et ainsi retrouver le sourire et la confiance en soi.

De plus, ne pas remplacer des dents manquantes entraîne irrémédiablement une perte osseuse qui affaisse le profil et la mâchoire inférieure. Placés dans l’os de la mâchoire, les implants dentaires contribuent à diminuer cette resorbtion osseuse en stimulant l’os et l’irrigation sanguine et nerveuse lors de la mastication. De ce fait, l’aspect global du visage est nettement moins âgé et la santé globale du corps est meilleure.

Autres avantages des implants dentaires donc, c’est qu’ils permettent de reconstruire une nouvelle dentition proche des sensations des dents naturelles. Ainsi, la mastication et l’élocution se font de manière totalement naturelle. Il est également possible de se servir des implants dentaires comme base de soutien à des bridges qui peuvent être complets (12 dents pour une mâchoire) afin de reconstruire intégralement une mâchoire sans pour autant faire poser un implant par dent manquante.

La matière utilisée chez Medical Tours Company Marseille pour reconstruire les couronnes des dents manquantes est la céramique zircone, qui offre un aspect naturel qui rend nos patients fiers de sourire.

Entre retrouver la fonction de parler, celle de s’alimenter sans peine, celle de sourire, n’hésitez plus, et choisissez les implants dentaires!

Vitamine K : essentiel à la coagulation du sang

Ses rôles : essentiel à la coagulation du sang, à la fixation du calcium.

Apports nutritionnels conseillés :
homme et femme : 45 microgrammes/jour.

Sources :
choux, laitue, foie de bœuf, épinard… 100 g de foie de veau = 0,09 mg de vitamine K.

A savoir : les bactéries intestinales produisent de la vitamine K.

Signes de carence : hémorragie, anémie.

Signes d’hypervitaminose : augmentation de la coagulation sanguine, thrombose.

Utilisations médicales :
prévention des hémorragies chez les personnes à risque, surdosage en anti-vitamine K (anticoagulant.)

Vitamine E : ralentirait la progression de la maladie d’Alzheimer

Ses rôles : combat les phénomènes d’oxydation et du vieillissement, protégerait des maladies coronariennes, ralentirait la progression de la maladie d’Alzheimer.

Apports nutritionnels conseillés : homme et femme : 12 mg/jour.

Sources : huiles de germes de blé, de soja, tournesol, de colza, d’arachide, de maïs, jaune d’œuf, beurre… 100 g d’asperges = 2,5 mg de vitamine E.

Signes de carence : anémie, troubles neurologiques, atteinte de la rétine.

Signes d’hypervitaminose : Il n’existe pas de risque de surdosage.

Utilisations médicales : hypercholestérolémie, maladies qui empêchent l’absorption de cette vitamine (mucoviscidose… ), artérite, certains troubles neurologiques.

aliments riches en vitamine d

Ses rôles : nécessaire à l’absorption du calcium par les intestins. De ce fait, elle est indispensable à la solidité des os et des dents. Joue un rôle dans la différenciation cellulaire, sur le système immunitaire.

Apports nutritionnels conseillés : homme et femme = 5 microgrammes/jour. Ces apports alimentaires sont inutiles lorsque l’exposition solaire est importante (voir ci-dessous).

Sources : huiles de foie de poisson, anguille, sardine, saumon, jaune d’oeuf… 100 g de thon = 1 000 UI de vitamine D (1 UI = 0,025 microgramme de vitamine D).

A savoir : 1) l’organisme produit de la vitamine D lorsqu’il est exposé au soleil. 2) L’utilisation d’huile de paraffine diminue l’absorption de la vitamine D.

Signes de carence : rachitisme, déformations et fragilité osseuses, anomalies sanguines.

Signes d’hypervitaminose :
perte de l’appétit, soif, nausées, maux de tête, vomissements, troubles rénaux…

Utilisations médicales : administrée de façon préventive et curative dans le rachitisme, l’ostéoporose ; psoriasis.