Est-ce qu’un psychothérapeute est remboursé par la sécurité sociale ?

1614
Partager :

Le traitement de choix face à la dépression, l’anxiété ou un mal-être est la psychothérapie. En général les médecins traitants l’envisagent avant de prescrire un médicament. Néanmoins, beaucoup de patients s’inquiètent par rapport à la prise en charge financière des soins de cette pratique. La Sécurité sociale rembourse-t-elle les frais d’un psychothérapeute ? Éléments de réponse.

La Sécurité sociale rembourse les traitements chez le psychiatre

De manière générale, la Sécurité sociale prend en charge une partie des frais dépensés pour une consultation chez le Psychiatre. Le remboursement assuré varie en fonction du Secteur (1 ou 2) du praticien. De ce fait, il est recommandé de faire attention au secteur du psychiatre en vue de payer un montant faible pour le reste à charge.

A lire également : Comprendre les besoins des professionnels de santé pour concevoir un site Web adapté

Les psychiatres classés dans le secteur 1

Ici, le patient suit un parcours de soins coordonnés pour bénéficier d’un remboursement de 70 % du tarif de convention. En effet, cela signifie que vous devez passer préalablement par votre médecin traitant pour bénéficier d’un remboursement à cette hauteur. Lorsque ce n’est pas le cas, la Sécurité sociale prend en charge 30 % du tarif. En la matière, ce montant est fixé à 46, 70 euros.

Les psychiatres classés dans le secteur 2

Le tarif de convention en vigueur ici est de 39 euros. Ainsi, lorsque vous passez préalablement par le médecin traitant ou non le remboursement est accordé en fonction du même pourcentage (70 % ou 30 %).

A lire également : Pourquoi travailler dans le secteur hospitalier ?

Aussi, les psychiatres de ce secteur 2 pratiquent des honoraires plus chers que ceux du secteur 1. Les patients âgés de 16-25 ans ne sont pas concernés par le principe du parcours de soins coordonnés. Ils bénéficient systématiquement d’un remboursement à hauteur de 70 % sur le tarif de convention.

Le remboursement des consultations chez un psychologue est soumis à des règles

Lorsque vous consultez un psychologue pour un problème de mal-être, la Sécurité sociale ne rembourse pas les frais. Toutefois, si vous consultez un psychologue dans un hôpital ou un centre médico-psychologique, la sécurité sociale rembourse le tarif de la consultation. Aussi, le remboursement est conditionné au respect du parcours de soins coordonnés ; cela implique que la consultation doit être recommandée par votre médecin traitant.

En général, les consultations chez un psychologue sont remboursées à 100 % du tarif de convention par les mutuelles de santé. Ces structures tiennent compte du fait que la consultation ait été effectuée chez un psychologue exerçant dans un centre hospitalier ou d’un CMP. En général, les soins chez un psychologue privé ne sont pas remboursés.

Des perspectives pour l’année 2022

L’année 2022 annonce de nouvelles perspectives en ce qui concerne le remboursement des consultations chez un psychothérapeute. En effet, il faut savoir que le gouvernement français a ouvert la voie au remboursement des séances de psychothérapie chez le psychologue en cas de troubles dépressifs ou anxieux.

Dans la pratique, la prise en charge sera assurée sous forme de forfait. Ainsi, la Sécurité sociale couvrira les frais de la première consultation à hauteur de 40 euros puis 30 euros pour celles qui suivront éventuellement. Le remboursement est conditionné à la prescription médicale. Aussi, elle est accessible à tous dès l’âge de 3 ans.

Les critères d’éligibilité pour bénéficier d’un remboursement

Pour bénéficier du remboursement des consultations chez un psychothérapeute, plusieurs critères d’éligibilité sont à prendre en compte. Tout d’abord, il faut savoir que les séances doivent être effectuées par un psychologue diplômé et inscrit au répertoire ADELI (Automatisation DEs LIstes). Le patient doit présenter une prescription médicale de son médecin traitant attestant de la nécessité de ces séances pour traiter ses troubles dépressifs ou anxieux.

Il faut bien noter que ce remboursement n’est pas illimité. En effet, chaque année civile donne droit à 10 séances prises en charge intégralement par l’Assurance Maladie. Au-delà de ces 10 premières consultations, la prise en charge peut continuer, mais elle sera alors limitée à hauteur de 30 euros maximum par consultation.

Il faut bien préciser qu’il existe certaines exceptions qui permettent aux patients atteints d’autres pathologies mentales, telles que les troubles bipolaires ou borderline, ainsi qu’aux personnes souffrant d’autisme non syndromique sans déficience intellectuelle associée de bénéficier également du remboursement intégral des consultations chez un psychologue clinicien ou psychothérapeute.

Les alternatives possibles en cas de non-remboursement par la Sécurité sociale

Malheureusement, tous les psychothérapeutes ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale. Dans ce cas-là, certains patients peuvent se tourner vers d’autres alternatives pour obtenir des séances de thérapie.

La première option est de se renseigner sur les mutuelles santé qui prennent en charge tout ou partie des frais liés aux consultations chez un psychologue clinicien ou psychothérapeute. Cela permet souvent aux patients de bénéficier d’un plus grand nombre de séances qu’avec le remboursement limité proposé par l’Assurance Maladie.

Une autre alternative consiste à opter pour une médiation familiale, qui peut être prise en charge intégralement par certaines caisses d’allocations familiales (CAF). Cette solution peut aider les familles à résoudre leurs conflits sans avoir recours à un psychothérapeute individuel.

Il existe aussi des groupements thérapeutiques, où plusieurs personnes souffrant du même trouble mental se réunissent afin d’échanger et de recevoir une aide psychologique collective. Ces groupements sont souvent organisés par des associations spécialisées dans la santé mentale et peuvent constituer une bonne alternative pour ceux qui ne peuvent pas bénéficier du remboursement classique par la sécurité sociale.

Il faut soigner sa santé mentale et traiter ses troubles éventuels. Les options existent, il suffit simplement de s’informer auprès des organismes concernés afin d’en savoir plus sur les différents dispositifs proposés.

Partager :